Exposition Fort D’Art 2016
19 août 2016
 

Le lâcher prise

 
 
Avant de commencer une nouvelle série de tableaux, je « jette » sur la toile mes sentiments du moment, je fais passer l’énergie, y compris celle qui pourrait être trop intrusive, agressive, voire « dévastatrice » pour les compositions à venir. Ce lâcher-prise est un défoulement inconscient ; c’est aussi un amusement, car il me procure encore et toujours cette sensation de bien-être, comme après un effort physique. Sensation jumelée à celle de contempler la magie de la peinture. Quelle merveille de voir les pigments évoluer sur la toile et les résultats qui apparaissent hors de ma volonté ! Le résultat final peut être réussi… ou pas, mais à ce moment-là, cela ne compte pas !


J’ai choisi de faire coïncider ce dernier lâcher-prise d’une part avec une commande qui m’a été faite (une toile de style abstrait,dont les couleurs devaient être noir, blanc et rouge) et d’autre part avec un sujet de cours.

Pour ma part, le lâcher-prise ne se situe pas seulement dans le choix des pigments et dans la composition, mais avant tout dans la gestuelle face à la toile et dans la façon de manier et d’utiliser le pinceau : humide, sec, à plat ou sur la tranche ; par mouvement doux, lent, rapide ou saccadé… On voit le rythme du tableau évoluer, au fur et à mesure que l’on avance dans les phases de construction, que la main et le pinceau inventent à chaque fois un nouveau geste pour créer une nouvelle impression.


Deux projets sont nés de ce lâcher-prise, que vous retrouvez dans la rubrique Nouveau Regard, année 2016 sur le site www.lemaître-auger-peintures.com.

Bien à vous,
Delphine Lemaître-Auger